Eau potable

Travaux eau potable Avenue de la Serre sur la commune de SORGUES

A travers son Schéma Directeur d’Eau Potable, il a bien été identifié que le Syndicat a besoin de restructurer son réseau eau potable du « Bas Service » afin de pouvoir anticiper les besoins futurs sur la partie Ouest de son territoire. L’opération en question est une première phase de travaux qui doit, à terme, renforcer la distribution d’eau sur la commune de Sorgues et les communes voisines.

La canalisation actuelle en fonte grise diamètre 350 mm où l’intervention s’est effectuée et qui alimente le réservoir de la Montagne est vétuste et cassante. De plus, son diamètre est devenu trop petit pour les consommations futures sur le secteur à court terme, ce qui va engendrer rapidement dans le réseau eau potable des survitesses de fluide, soit un des risques principaux de casses de réseau.

Cette première phase de travaux au niveau de l’avenue de la Serre, a donc permis de renforcer la canalisation Travaux de nuit à Sorguesdiamètre 350 mm  qui alimente le réservoir de la Montagne en la remplaçant par une canalisation diamètre 500 mm en fonte sur un linéaire d’environ 150 ml.

Cette canalisation alimente un nombre important d’abonnés, ce qui explique qu’en phase travaux il a été nécessaire de faire des travaux de nuit.

 



Suppression des branchements en plomb

Dans la continuité des programmes initiés depuis de nombreuses années et afin de répondre aux prescriptions règlementaires, le Syndicat a lancé un programme de suppression de branchements en plomb. A cet effet, une enveloppe de 2.000.000 € HT est prévue.

La suppression des branchements en plomb est prescrite selon les textes réglementaires suivants :

- La directive : Directive 98/83/CE du Conseil du 3 novembre 1998 relative à la qualité des eaux destinées à la consommation humaine (JO CE du 5 décembre 1998),

- Les codes et les décrets : Code de la santé publique, ses articles R. 1321-1 à R. 1321-66.

Il est important de rappeler que la réglementation interdit une concentration de plomb dans l’eau supérieur à 10 mg/l.

Ces travaux s’inscrivent dans un programme pluriannuel et dont l’objectif est l’élimination de branchements en plomb. Ces travaux permettront d’améliorer la qualité de l’eau potable distribuée et de fiabiliser l’alimentation des abonnés du Syndicat.

Les travaux comprennent, d’une manière générale :

- Les sondages préliminaires au démarrage des travaux afin de préciser la nature et

l’encombrement du sous-sol.

- Les travaux de terrassement en terrains de toutes natures.

- Les rabattements de nappe éventuels.

- La signalisation du chantier conformément aux prescriptions des arrêtés de circulation pendant toute la durée des travaux.

- La fourniture et la pose des canalisations et de toutes les pièces de raccord nécessaires aux raccordements et aux maillages avec les réseaux existants.

- Un grillage avertisseur sera systématiquement mis en œuvre au-dessus de la conduite.

- La suppression de branchements en plomb. Cette suppression sera effectuée depuis le robinet de prise en charge jusqu’au compteur d’eau. Dans la mesure du possible, les compteurs seront disposés dans des regards situés sous le domaine public. Les regards seront accessibles afin de permettre la relève du compteur et devront être équipés d'une isolation thermique (plaque de polystyrène par exemple). Les anciennes bouches à clef correspondant aux branchements en plomb seront supprimées.

- Les réfections de chaussée provisoire et définitive

- La désinfection bactériologique de la conduite avant mise en service. Cette mise en service sera précédée d’un prélèvement d’eau dans la conduite.

 

L’usine de traitement de la Jouve

Usine de la Jouve

La nappe alluviale du Rhône est la source principale d’approvisionnement du Syndicat, elle alimente 160 000 habitants du département du Vaucluse répartis sur 35 communes ayant délégué leur compétence eau potable au Syndicat.

Dans un souci de sécurisation sanitaire de la qualité de l’eau destinée à la consommation, le Préfet de Vaucluse a demandé au Syndicat de prendre toute mesure utile pour la protection sanitaire des populations en mettant en œuvre une usine assurant un traitement adéquat de l’eau, d’où la création d’une usine de traitement par absorption sur charbon actif de l’eau potable

Cette usine est unique dans le département.

Le coût de l’opération s’élève à 6.500.000 € HT subventionnés par l’Agence de l’Eau et le Conseil Général.

La pose de la 1ère pierre a lieu le 14 juin 2011, la durée des travaux étant de 13 mois.